forum de discussions dédié aux oeuvres de Jacqueline Carey et à la littérature Fantasy
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Retour au site  

Partagez | 
 

 Les Deryni - Katherine Kurtz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ange
Administratrice
avatar

Messages : 1728
Date d'inscription : 22/01/2008
Age : 42
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Les Deryni - Katherine Kurtz   Mer 10 Déc 2008 - 19:01

Et non je n'ai pas fini La Trilogie des Magiciens mais j'en suis à plus du tiers et déjà pas mal de remarques me viennent. Donc j'ouvre d'ores et déjà un sujet pour vous en faire part.

Je remets la couverture :



Synopsis :

"Tout commence lors d'une partie de chasse, quand Brion Haldane, le roi de Gwynedd, meurt d'une crise cardiaque, provoquée par une puissante magicienne derynie. Kelson, encore adolescent, succède à son père. Alaric Morgan, l'un des rares Derynis de Gwynedd qui ose afficher ses origines et ses pouvoirs, sait comment transmettre à Kelson les pouvoirs magiques inhérents à la charge royale dans la dynastie des Haldanes. Kelson en aura grand besoin: révoltes localisées, complots de certains nobles, emprise croissante de la hiérarchie religieuse... Mais au Conseil de Régence, Jehana, la veuve de Brion veut faire condamner Morgan comme traître et hérétique, afin que son fils ne perde pas son âme en étant corrompu par la magie derynie... Situé dans un Moyen Age alternatif, le monde est l'enjeu d'une lutte entre les humains et les Derynis race d'apparence humaine aux pouvoirs psi innés. La trilogie des magiciens (Le réveil des magiciens, La chasse aux magiciens, Le triomphe des magiciens) ouvre le cycle des Derynis, l'une des œuvres les plus importantes de la fantasy contemporaine."

Alors j'essaie de replacer dans le contexte de l'époque où a été écrite cette première trilogie, c'est à dire dans les années 70, bref c'est pas tout jeune ! Et malheureusement ça se sent sur bien points...

Mais commençons par le positif, car malgré tout il y en a même si cela n'a pas suffit à me captiver. Une atmosphère inspirée, et assez bien rendue, de la période féodale anglaise. Un contexte politique troublé, où l'Eglise joue un rôle prépondérant dans les affaires d'état. Une race douée de magie (les Deryni) persécutée et haïe. Bref quelques bonnes idées dans l'ensemble, même si tout ceci nous paraît familier car depuis d'autres auteurs ont repris ces schémas, mais je pense sans trop me tromper que Kurtz faisait partie des pionnières.
Et c'est bien tout, enfin pour moi... Neutral

Mais comme je suis une vilaine fille, et enquiquineuse par dessus le marché...angélique

Car à côté de ça, j'ai ressenti un amateurisme dans le style et l'histoire.

Arrow .L'écriture. Elle souffre de quelques faiblesses et est réduite à sa plus simple expression : sujet - verbe - complément. Ca manque de corps tout ça, de fioritures stylistiques ! Ben oui quand on est habitué à Carey ou Hobb on aime les longues phrases à plusieurs propositions bien tournées et remplies d'adjectifs, d'adverbes etc. mister green En plus d'être simple, le style m'a semblé vieillot voire complètement désuet par moment.

Arrow Les personnages. Je crois que c'est un des points qui m'a le plus gênée. Aucun relief, aucune personnalité qui se dégage, il n'y a que les noms qui changent, pas un seul trait de caractère ne les distingue, que ce soit du jeune Kelson au guerrier Deryni en passant par le prêtre, ils ont tous les mêmes raisonnements, le même fonctionnement de pensée.

Arrow Le Scénario. Alors oui il y a des complots, oui il y a des traîtres, mais les héros ne sont jamais en situation extrême, à aucun moment ils ne sont réellement en danger, un obstacle est aussi vite écarté et évité qu'il est apparu, quelque fois même devancé, car nos "gentils" héros sont tellement intelligents qu'ils ont toujours un plan pour contrer l'ennemi, même quand ils ne savent pas quel mouvement ce dernier va faire, c'est pas grave ils ont un plan. Ah oui parce qu'en plus d'être intelligents, il ont le don d'ubiquité, ils devinent voyez-vous et ils ont un plan...Nan sérieux, j'aurais du compter le nombre de fois où ils ont un plan. Rolling Eyes


Arrow Le dénouement de la première aventure. Alors là, c'est tellement vite torché que je me suis dit "non tout ça pour ça ??". Suspect Alors déjà lorsque Kelson entre en possession de ses pouvoirs royaux, euh comment dire...Aucune période d'adaptation et d'acceptation, hein je sais pas moi mais si un jour je me mets à avoir de terribles pouvoirs, mes doigts qui se mettent à lancer des éclairs ou que je lis dans les pensées des gens, je n'ose pas imaginer le nombre de boulettes que je ferais avant d'être en mesure de maîtriser mon super pouvoir de la mort qui tue, et je peux vous dire que ça me perturberait un peu quand même...Là non, en quelques lignes Kurtz nous balance le duel final qui trouve son issue à coup de "pim-pam-poum-bzzzzz-bzzzzzz" (entendre par là le crépitement d'éclairs violets, vous les entendez bien c'est bon ?) Paf ! La méchante sorcière est terrassée. Fin du 1er acte. Shocked

Alors bon je pense qu'on peut lire Kurtz pour commencer la fantasy mais lorsqu'on a un bon background derrière soi c'est léger, très léger. Crying or Very sad

Et j'aurais encore plein de choses à dire mais je dois me sauver chercher mon môme et je crois que j'y suis déjà allé assez fort pour aujourd'hui. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terredange.fr
Sangoire
Administratrice
avatar

Messages : 977
Date d'inscription : 04/09/2008
Localisation : Mont Nuit

MessageSujet: Re: Les Deryni - Katherine Kurtz   Mer 10 Déc 2008 - 21:39

Ange a écrit:

1/Alors j'essaie de replacer dans le contexte de l'époque où a été écrite cette première trilogie, c'est à dire dans les années 70, bref c'est pas tout jeune ! Et malheureusement ça se sent sur bien points...

2/Bref quelques bonnes idées dans l'ensemble, même si tout ceci nous paraît familier car depuis d'autres auteurs ont repris ces schémas, mais je pense sans trop me tromper que Kurtz faisait partie des pionnières.

3/En plus d'être simple, le style m'a semblé vieillot voire complètement désuet par moment.

4/Aucune période d'adaptation et d'acceptation, hein je sais pas moi mais si un jour je me mets à avoir de terribles pouvoirs, mes doigts qui se mettent à lancer des éclairs ou que je lis dans les pensées des gens, je n'ose pas imaginer le nombre de boulettes que je ferais avant d'être en mesure de maîtriser mon super pouvoir de la mort qui tue, et je peux vous dire que ça me perturberait un peu quand même

5/Alors bon je pense qu'on peut lire Kurtz pour commencer la fantasy mais lorsqu'on a un bon background derrière soi c'est léger, très léger. Crying or Very sad

6/Et j'aurais encore plein de choses à dire mais je dois me sauver chercher mon môme et je crois que j'y suis déjà allé assez fort pour aujourd'hui. Laughing

Je réponds vite parce que j'ai un diner qui m'attend mais j'ai numéroté tes idées pour y répondre

1/ Jules Verne et Lord Dunsany non plus c'est pas jeune, mais l'intensité de l'écrit reste.

2/ Ben les histoires de vampire, de loups garous, d'orphelins marqués par la destinée et par une quelconque prophétie, c'est hyper familier aussi mais c'est la différence de traitement qui est intéressant et oui Kurtz est une pionnière ce qui, pour moi qui l'ai lue AVANT Martin par exemple, me fait penser que c'est lui qui s'en est inspiré et pas que ses écrits à elle ont un air de déjà vu. Question de chronologie Wink

3/ Me souviens plus vraiment du style mais j'avais aimé sa facilité et son côté direct. Ca peut sembler daté mais il me semblait que cela concordait bien avec l'ambiance médiévale anglaise

4/ C'est bien pour ça que personne ne te dit que tu as des pouvoirs, on sent bien que t'es pas prête tongue Razz Twisted Evil

5/ Pour moi Kurtz c'est le background nécessaire pour ne pas se laisser embarquer par n'importe quoi

6/ Oui sauve toi vilaine (et mère indigne en plus, c'est moche Wink lol!

bisous à 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terredange.fr
gnoll
Maison de l'Orchis
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/04/2008
Age : 42

MessageSujet: Re: Les Deryni - Katherine Kurtz   Mer 10 Déc 2008 - 21:49

Pour moi le premier est clairement le plus faible du lot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange
Administratrice
avatar

Messages : 1728
Date d'inscription : 22/01/2008
Age : 42
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Les Deryni - Katherine Kurtz   Jeu 11 Déc 2008 - 12:20

Citation :
Pour moi le premier est clairement le plus faible du lot

Oui c'est ce que tout le monde à l'air de dire, alors c'est que ça doit être vrai. Le problème c'est que lorsqu'on a un mauvais départ avec un auteur il est difficile de dépasser ses à priori, déjà que je n'ai pas du tout avancé dans la 1ère trilogie depuis 2 jours...je me suis laissée distraire par le Michelle West et maintenant que je suis complètement conquise (wubcoeur) j'ai du mal à m'en arracher pour retourner à Kurtz. Embarassed



Citation :
1/ Jules Verne et Lord Dunsany non plus c'est pas jeune, mais l'intensité de l'écrit reste.

Petite précision car je me suis mal exprimée. Si j'ai mis en évidence la date à laquelle a été écrite cette trilogie, c'était justement pour souligner que certains éléments ne peuvent être considérés comme de réels défauts mais plutôt comme inhérents à une tendance/mode des écrits de l'époque. On ne peut pas reprocher à Kurtz son courant et ses inspirations ni occulter le contexte, ce n'était pas mon propos. De ce fait je n'ai pas mentionné l'omniprésence des artefacts magiques, qui pour moi me semblent "dépassés" aujourd'hui en fantasy. L'inventivité de Kurtz se situe essentiellement dans son "setting", alors qu'on était en pleine période Héroic Fantasy à la Elric ou Conan et Sword & Sorcery avec Eddings par exemple, elle a su ramener le genre à notre réalité et notre monde. Mais forcément il reste quelques résiduels comme les objets de pouvoir et l'écriture désuète, c'est juste un constat pas une critique hein, pour moi ça ne passe tout simplement plus Wink

Citation :
2/ Ben les histoires de vampire, de loups garous, d'orphelins marqués par la destinée et par une quelconque prophétie, c'est hyper familier aussi mais c'est la différence de traitement qui est intéressant et oui Kurtz est une pionnière ce qui, pour moi qui l'ai lue AVANT Martin par exemple, me fait penser que c'est lui qui s'en est inspiré et pas que ses écrits à elle ont un air de déjà vu. Question de chronologie

Ah mais je suis entièrement d'accord avec toi Sangoire ! Retrouver les mêmes thèmes encore et encore ne me dérange absolument pas, j'attache bien plus d'importance au traitement, tout comme (pour faire un parallèle) en cinéma on ne compte plus le nombre de films traitant de la 2ème guerre mondiale, pourtant ce n'est jamais la même histoire. Et je n'ai pas confondu la chronologie, c'est bien pour ça qu'il vaut mieux lire Kurtz avant d'avoir lu les auteurs plus récents, mais malheureusement il y a tellement d'écrivains sur le marché maintenant que les classiques et les références ont changé. Le lecteur novice aura plus de chance de se tourner vers un Martin ou un Hobb que vers Kurtz pour commencer sa découverte du genre, et il est bien là le problème. En toute honnêteté, je pense que si j'avais lu Kurtz il y a 10 ans, j'aurais bien plus apprécié, voire même adoré. Mais elle est passée entre les mailles du filet, j'ai lu du Moorcock, Eddings, un peu de Marion Z. Bradley, mais pas Kurtz...dommage.

Citation :
3/ Me souviens plus vraiment du style mais j'avais aimé sa facilité et son côté direct. Ca peut sembler daté mais il me semblait que cela concordait bien avec l'ambiance médiévale anglaise

J'ai quelques exemples sous la main, mais sur ce coup là je pense que la traduction française n'y est pas étrangère.

"J'ai ouïe un bruit, chuchota-t-il" Quelle horreur... confus

"Par ma foi, je vais te pourfendre sur le champ de mon épée" Le verbe "pourfendre" ne me dérange pas en tant que tel, je le trouve simplement grotesque dans un dialogue comme ça et dans le contexte. Ça passe bien mieux en mode narration "in my humble opinion".


Citation :
4/ C'est bien pour ça que personne ne te dit que tu as des pouvoirs, on sent bien que t'es pas prête

Zut alors moi qui pensais demander ça au Père Noël ! tristounet lol! Ouais en attendant c'est toi la vilaine fille car tu as très bien compris ce que je voulais dire. Je reproche à l'auteur d'être tombée dans la facilité (et là ça n'a rien à voir avec l'époque hein) et d'avoir survolé le problème, que dis-je "survolé", écarté plutôt. Le truc c'est qu'en étant passé directement d'un Kelson normal et humain au stade demi Deryni aux supers pouvoirs sans phase de transition, c'est toute la crédibilité des personnages et du duel final qui s'effondre, que ce soit celle de Kelson et celle de son ennemie - car pour une Sorcière Deryni aussi craint et aguerrie comme s'est efforcée de nous le faire croire Kurtz, se faire battre par un mouflet de 14 qui n'a jamais pratiqué et qui vient juste de recevoir son héritage euuuuh...Du coup ça anéantit toute ce qu'il y a eu avant, on y croit plus.

Citation :
5/ Pour moi Kurtz c'est le background nécessaire pour ne pas se laisser embarquer par n'importe quoi

Veuillez vous reporter à la réponse numérotée 2. lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terredange.fr
gnoll
Maison de l'Orchis
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/04/2008
Age : 42

MessageSujet: Re: Les Deryni - Katherine Kurtz   Jeu 11 Déc 2008 - 19:33

J'avais même commencé par le tome 2 puis 3 à l'époque personnellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azsqe
Apprenti
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 18/06/2010
Age : 24
Localisation : toulouse

MessageSujet: Re: Les Deryni - Katherine Kurtz   Dim 4 Juil 2010 - 10:37

je viens de commencer le tome 1 et je me dit:voyons s'ils sont bon sur ce fofo et si y a un sujet sur ce livre Arrow et oui cheers lol

ben moi j'ai à peine lu 100pages hier soir mais je trouve ça pas mal...ça fait retour aux sources, je commençais à saturer des écrivains modernes.. là tu sens le vieux livre et ça fait plaisir!
puis aussi le fait que dès les 4 premières pages tu prends une quarantaine de noms dans la gueule ça me manquer

alors pour l'instant moi ça me rend nostalgique lol! on verra bien quand j'en aurai lis plus


PS pour ange: c'est vrai que le style est direct mais ça fait du bien aussi de changer...fin je trouve study flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Deryni - Katherine Kurtz   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Deryni - Katherine Kurtz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Saga des Derynis, de Katherine Kurtz
» Kurtz Katherine - Roi de folie - La trilogie des rois 1 - Cycle des Derynis [Lecture commune de juin]
» [Neville, Katherine] Le Feu Sacré (suite de "Le Huit")
» [Scholes, Katherine] La reine des pluies
» [Howe, Katherine] L'ensorcelée de Salem

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre d'Ange :: La Bibliothèque :: Terres Imaginaires-
Sauter vers: