forum de discussions dédié aux oeuvres de Jacqueline Carey et à la littérature Fantasy
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Retour au site  

Partagez | 
 

 Je suis une légende

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gnoll
Maison de l'Orchis
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/04/2008
Age : 43

MessageSujet: Je suis une légende   Jeu 24 Avr 2008 - 23:11

Grosse nouvelel ou petit roman Je suis une legende raconte sur un ton autobiographique l'histoire d'un survivant.


Attention le navat avec will Smith a considérablement modifié l'idée finale et la morale du film.


Synopsis [modifier]
Le livre relate le destin tragique du dernier homme sur Terre, seul être humain à ne pas avoir subi les affres d'une pandémie ayant inexorablement transformé les victimes infectées en créatures présentant toutes les caractéristiques des vampires.

Copie avec spoiler de la fiche wiki


Je suis une légende
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Je suis une legende)
Aller à : Navigation, Rechercher

Cet article fait partie de la série
Science-fiction
La SF à l’écran
autre-A-B-C-D-E-F-G
H-I-J-K-L-M
N-O-P-Q-R-S-T
U-V-W-X-Y-Z
Le monde de la SF
Auteurs - BD de SF
Fandom - Prix littéraires
Thèmes et genres
Catégorie:science-fiction
Voir aussi sur Wikiquote les citations « Je suis une légende ».Je suis une Légende (titre original I am Legend) est un roman de science-fiction de l'auteur américain Richard Matheson paru en 1954, adapté au cinéma en 1971 dans Le Survivant, en 1964 et en 2007 sous le titre initial.

Sommaire [masquer]
1 Synopsis
2 Résumé
3 Thème du vampirisme
4 Adaptations
5 Classique de la science-fiction
6 Critiques spécialisées
7 Éditions françaises
8 Notes et références






Résumé [modifier]
Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.
Robert Neville[1] est le dernier survivant d'une pandémie d'origine bactérienne qui cause, chez ses sujets, un état proche du vampirisme. Cette pandémie est d'origine obscure, apparemment liée à des tempêtes de poussière qui soufflent régulièrement sur les villes désertes de ce monde post-apocalyptique. Neville tient tête, depuis trois ans, à cette nouvelle espèce parmi laquelle se trouvent ses anciens amis et voisins devenus des vampires apparemment écervelés dont l'unique occupation semble être de se réveiller la nuit pour venir gratter sa porte et ses murs, l'appelant pour qu'il les rejoigne. Neville vit dans une maison barricadée, fortifiée contre les attaques nocturnes, ne sort que pendant la journée pour tuer dans leur sommeil quelques-uns de ces monstres d'un pieu en plein cœur et pour partir à la recherche de produits de première nécessité, puis se retire chez lui à la tombée de la nuit pour survivre et noyer son angoisse dans l'alcool. Il se réveille ainsi, chaque matin, dans un climat d'horreur, étouffé par la solitude et les remords. Parfois, un cadavre de femme déchiqueté est déposé par les autres devant la porte.


Thème du vampirisme [modifier]
Si ce roman réactive le thème classique et rebattu du vampirisme, c'est pour le traiter de manière originale. Les vampires auxquels l'auteur nous confronte dans son roman ont un double visage, celui, nocturne et destructeur, de la sauvagerie animale assoiffée de sang, et celui, semi-diurne et plus étonnant, d'une alternative finalement viable à la société humaine devenue biologiquement inadaptée à son nouvel environnement contaminé. Tandis que le dernier homme lutte désespérément pour sauver les vestiges de l'Humanité, les néo-vampires se regroupent en communauté et s'organisent pour finalement jeter les bases d'une nouvelle société promise au seul avenir possible sur cette Terre dépeuplée.

Les références au vampirisme ne se font pas sans humour, car le héros, confronté à ces êtres de triste réputation, n'a d'autre réflexe au début du roman que de chercher dans une bibliothèque abandonnée un exemplaire du Dracula de Bram Stoker pour y trouver les moyens de les combattre et de les tuer. Ainsi n'échappera-t-il pas aux chapelets d'ail, aux pieux en bois et aux croix chrétiennes répulsives. Puis, son évolution personnelle et sa meilleure compréhension de la situation le feront peu à peu sortir de cette pensée mythologique pour aborder le problème de manière plus scientifique et bactériologique, troquant ses condiments et ses pieux contre un microscope et des produits chimiques. Le héros parviendra à comprendre scientifiquement l'effet du pieu planté dans le cœur par une suite de réactions chimiques liées à la bactérie inconnue. Les vampires en feront d'ailleurs autant, orientant leurs recherches vers un moyen chimique de supporter - au moins pendant un temps - la lumière du jour.

Comme Robert Neville joue donc le rôle tragique du dernier obstacle à l'avènement de ce nouvel ordre social et biologique que représentent les vampires, il doit être éliminé. En tant que dernier Homme, condamné à mort par un tribunal des vampires improvisé, il entrera ainsi dans la « légende ». On notera au passage le jeu subtil sur les registres traditionnels : dans le monde des humains d'hier, les vampires n'étaient qu'une légende romantique, dans le monde des vampires de demain, l'Homme est voué à occuper cet espace devenu soudainement vacant de l'imaginaire de légende.


Adaptations [modifier]
1964 : Je suis une légende (film italien, 1963, titre original L'Ultimo Uomo Della Terra) avec Vincent Price.
1971 : Le Survivant, avec Charlton Heston et Anthony Zerbe.
2007 : Je suis une légende (I am Legend ), film américain de Francis Lawrence avec Will Smith
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
netkalons
Quartier des Petits
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 07/04/2009
Age : 39
Localisation : region parisienne

MessageSujet: Re: Je suis une légende   Jeu 9 Avr 2009 - 11:18

j'ai vu le film (avec will smith) puis lut le livre de Richard Matheson.
le film est un véritable navet à fuir (comme la peste), le livre est un chef d'oeuvre.
Le style littéraire m'a bien fait ressentir la solitude du personnage, et l'épisode du chien en devient bouleversant.
Le personnage lui même est très interessant car il est un homme "lambda", et pas un scientifique comme dans le film, et il cherche dans un premier temps à assurer sa subsistance et des survivant sains, puis ensuite il cherche à comprendre ce qui se passe, jusqu'à la conclusion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cecile
Apprenti
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: Je suis une légende   Sam 18 Avr 2009 - 23:53

Drole ! J'ai autant aimé le film que j'avais détesté le livre. Je ne trouve pas que ce soit un navet - il lui manque juste une demie heure de plus, à mon avis, un peu plus de substance.

Le livre est excellent...mais bon les suicidaires. No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je suis une légende   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je suis une légende
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis Une Légende II
» je suis une légende
» Je suis une légende
» Je suis une legende
» [Cinema] Je suis une légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre d'Ange :: La Bibliothèque :: Terres Imaginaires-
Sauter vers: